semis en terrine

Le semis en terrine



La préparation: le semis en terrine permet de ne pas occuper trop de place dans la serre lorsque l'on a besoin de produire de nombreux plants de légumes et de plantes annuellesà massif. Les terrines sont en quelque sorte des pots carrés ou rectangulaire plus large (15 à 30 cm) que haut (5 à 7 cm). Il existe des terrines en plastique et en terre cuite, mais on peut tirer profit de ces petites caisses en polystyrène récupérees dans les possonneries et qui sont assez solides et très légères, à condition de percer leur fond de petits trous si elles n'en sont pas. Et pour enlever leur odeur, plus ou moins tenace, passez-les à l'eau de Javel.
Une fois remplies, vous pourrez en cloisonner la surface de vos terrines par de petits bâtonnets et les utiliser pour semer plusieurs espèces de fleurs. Remplissez-les aux 2/3 d'un mélange pour semis. Pour ne pas chambouler les graines lorsqu'elle seront semées, le mélange sera humidifié avant le semis, en faisant tremper la terrine pendant un bon quart d'heure dans un plateau rempli de 2-3 cm d'eau (l'eau montera par capillarité par les trous percés dans le fond de la terrine). Tassez ensuite légèrement la surface avec votre petite planchette pour l'égaliser et l'aplanir.

Le semis. Déposez les graines sur le mélange terreux. Vous pouvez les placer une à une pour être sûr de bien les répartir et surtout de ne pas faire un semis trop dense. C'est facile avec des grosses graines. L'idéal est d'arriver à une graine par cm². Pour les graines très fines (bégonias, calcéolaires, mufliers, pavots), vous avez deux solutions. Ou bien, en mettant votre main assez haut, vous aupoudrez votre terrine un peu comme un cuisinier répartit le sel dans son plat. Ou bien vous mélangez les graines à du sable sec et très fin dans le sachet. Vous secouez bien et vous saupoudrez la surface de la terrine avec le sachet. La couleur du sable permet de mieux voir où l'on met les graines. Ensuite, tassez simplement avec la planchette ou recouvrez les graines d'une fine couche de terreau tamisé, de sable ou de vermiculite. Plombez (c'est-à-dire tassez) légèrement avec la planchette. Humidifiez cette couche avec un pulvérisateur. Préparez des étiquettes sur lesquelles vous inscrirez au crayon de papier le nom de la fleur et la date du semis. Et même n'hésitez pas à tenir un petit cahier-agenda sur lequel vous inscrirez au fur et à mesure, chaque semaine, chaque mois, chaque année... vos précieuses observations sur les variétés cultivées: les dates de semis et de repiquage, l'origine des graines, le temps de germination, vos réussites, vos échecs, ...

La germination.
Revouvrez la terrine par une plaque de verre ou un film étirable pour aliments pour conserver l'humidité. On peut aussi placer directement sur le terreau une fueille de papier journal, ou mieux un morceau de voile de forçage que l'on humectera régulièrement en le pulvérisant. On en soulèvera un coin chaque jour pour vérifier la germination.
Gardez la terrine à la lumière mais pas au soleil. Au besoin posez un morceau d'ombrière. Si les graines ont besoin de chaleur pour germer, posez votre terrine dans une mini-serre chauffante ou votre coffre de multiplication.
Maintenez humidité et température constantes, jour et nuit, jusqu'à la levée des graines. Pensez à essuyer l'eau qui se condense sur le verre ou le couvercle dès que des gouttes se forment et ôtez ce verre ou ce couvercle dès que les plantes germent.
Si le semis est trop dense, faites très rapidement un premier éclaircissage en éliminant des plantules (les plus faibles). Il est très important que celles qui restent ne soient pas trop serrées. Laissez au moins 5 mm entre chaque. Cela limite des maladies (fonte des semis) et évite d'avoir des plants étiolés, c'est-à-dire qui poussent de façon étirée sur une tige grêle et sont incapable de se tenir debout tout seuls.
Pour conserver l'humidité nécessaire à la terrine, n'arrosez pas car cela risquerait de déranger ou de déchausser les plantules mais faites un second trempage (par le fond), ou une pulvérisation de surface à laquelle vous ajouterez un peu de fongicide. Dans les deux cas utilisez de l'eau tempérée, voire tiède pour ne pas refroidir le substrat.
Le repiquage. Dès que les plants auront formé une ou deux paires de vraies feuilles (les deux premières qui ont une forme te une consistance particulière et qu'on appelle 'cotylédons' ne comptent pas), vous pourrez les repiquer individuellement dans des petits godets ou en pleine terre, pour les plantes du jardin, si la saison s'y prête et que votre massif est bien netoyé. Le mélange du repiquage sera sensiblement plus grossier, riche de terreau et en terre de jardin que le mélange pour semis.

la fonte des semis
serre




Sitemap

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

Salon Inter Alpin Architecture Aménagement (SIAA) à Mégève 19/06/2017

Un vent nouveau souffle sur l’Art de Vivre en Montagne

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre