cultiver l'ail

L'ail est facile à cultiver



Il existe deux sortes d'ail: l'ail blanc et l'ail rose. L'ail blanc est rustique, par contre il craint l'humidité et se conserve mal. L'ail rose ne supporte pas le gel, mais une terre humide lui convient bien. Il est donc lumineusement clair que l'ail blanc se plante de novembre à janvier et l'ail rose de février à avril.

Le calendrier des plantations



- Ail blanc
Novembre et décembre: en terre légère et peu humide ; la plantation se fait sur butte ; récolte en juin; consommation jusqu'en décembre. Janvier: même en terre humide, le résultat est bon ; on peut avancer la culture en plaçant un tunnel en plastique. Juillet-août: récolte. Consommation jusqu'en mai.

- Ail rose
Février: même technique de culture que pour l'ail blanc en janvier; récolte juillet-août; consommation jusqu'en février. Mars: c'est le meilleur mois pour la plantation de l'ail rose; récolte en août; consommation jusqu'en mai. Avril: dernière possibilité de plantation ; la récolte ne réussit qu'en sol frais; les têtes sont moins bien développées si l'été est sec; récolte en août-septembre; consommation jusqu'en mai.

La culture



L'ail se plante en lignes distantes de 25 cm. On place un caïeu tous les 15 à 20 cm environ. Choisissez les caïeux du pourtour de la tête, bien gros et bien formés. La terre doit être fertile et riche en engrais. Pas besoin de fumier avant la plantation de l'ail.

En cours de saison, limitez les soins à des binages et désherbages. Il est absolument inutile de nouer les feuilles pour soi-disant favoriser le mûrissement. Les vertus de l'ail

Les plantes médicinales: l'ail



Plante bulbeuse, de la famille des Liliacées, originaire d'Asie centrale et cultivé en Orient depuis très longtemps. L'ail (du celte all - chaud, brûlant), est lié à la mythologie, la religion et l'historie de beaucoup de pays. Cultivé par les sumériens depuis plus de 5000 ans, connu en Chine et en Inde depuis plus de trois millénaires pour ses vertus médicinales universelles.

Il fut introduit en Europe dès le néolithique et utilisé par les Hébreux. Dans l'Egypte ancienne, il servait d'alimentation aux ouvriers-bâtisseurs de la pyramide de Gizeh, comme fortifiant. Les archéologues l'ont trouvé dans la tombe de Toutankhamon. L'ail est quasiment divinisé. Les Grecs et les Romains lui prêtaient aussi ce pouvoir fortifiant en le donnant à consommer aux militaires en campagne et aux athlètes grecs avant les compétitions, à un point tel qu'il fut surnommé la rose puante. Les praticiens le méprisaient et en nourrissaient leurs esclaves, c'était un aliment peu onéreux.
Le Moyen-âge l'a utilisé en traitement préventif contre la peste et les médecins se protégeaient de cette maladie en plaçant des gousses d'ail dans un masque qu'ils s'appliquaient sur le visage. Durant la première guerre mondiale, des pansements de sphaigne imprégnés de jus d'ail étaient utilisés pour soigner les plaies. Son activité antibactérienne avait été démontrée par Pasteur en 1858. Ce sont les substances soufrées comme l'allicine et ses dérivés qui le rendent 'magique'.

L'allicine donne l'odeur de l'ail. C'est le principe antibactérien, il se trouve uniquement dans l'ail cru fraîchement coupé ou broyé.

A la cuisson, l'allicine se transforme en donnant de nouveaux composés soufrés dont le mélange est appelé essence d'ail. L'allicine peut se transformer en une substance nommée ajoène E. L'ajoène peut bloquer la coagulation du sang en empêchant la formation de caillots (anti-thrombotique, l'ajoène est au moins aussi puissant que l'aspirine).

L'alliine est présente dans le bulbe d'ail intact et est pratiquement dépourvue d'odeur. Elle apparaît de manière très forte lorsque la gousse est coupée ou broyée.

Les synonymes 'thériaque des pauvres' ou 'des paysans' (la thériaque : composée considérée comme un antidote universel des venins. Elle était supposée traiter n'importe quel empoisonnement. Très rapidement elle devint le remède de tous les maux quelle que soit son utilisation) expliquent les vertus qu'ils lui sont reconnues.

Principales propriétés médicinales de l'ail:


Bactéricide, antifongique, bactériostatique, désinfectant, fébrifuge, diurétique, carminatif (qui favorise l'expulsion des gaz intestinaux), stomachique (qui facilite la digestion, le travail de l'estomac), rubéfiant (produits qui, appliqués sur la peau, causent de l'inflammation, de la rougeur), hypotensif (réduit l'hypertension artérielle), dilate les vaisseaux sanguins, prévient certaines maladies cardiovasculaires (antiarthritique, antiartériosclérotique), anti-athéromateux (contre les lésions de la paroi interne des artères due au cholestérol), possède des propriétés anticoagulantes - fibrinolytique (qui dissout la fibrine et les caillots sanguins), baisse le taux de cholestérol (la consommation de 3g d'ail cru par jour pourrait baisser le taux de 20%), vermifuge - antihelminthique (contre des vers parasites de l'homme et des animaux), antispasmodique, cholagogue (qui facilite l'évacuation de la bile) et cholérétique (facilitant la sécrétion de bile), combat le diabète, favorise le sommeil, bénéfique contre les troubles digestif, le jus d'ail est bon contre la toux et l'asthme, anti allergène, contre les rhumatismes, antiseptique pulmonaire et intestinal, expectorant, révulsif, coricide (qui agit localement pour détruire les cors aux pieds), tonique antispamodique, améliore les fonctions de foie...

Toutes ces propriétés confortent à l'idée que l'ail est une véritable panacée lorsque les problèmes suivants existent ou risquent d'exister : l'hypertension, le tabagisme, les entorses, les rhumatismes, les maladies infectieuses, l'obésité, les piqûres d'insectes, les cicatrisations, les problèmes d'hyperglycémie... Il dissout les cristaux d'acide urique (qui entraîne la goutte), stimule le cœur, facilite la circulation et épure le sang, équilibre la pression artérielle, encourage la sécrétion des sucs gastriques facilitant la digestion à condition de bien le mâcher, sans oublier les propriétés apéritives.

Idéalement, il faudrait le manger cru... Une vieille recette française consistait à en absorber tous les jours sur un morceau de pain avec de l'huile d'olive !

Les substances soufrées peuvent s'avérer intolérables pour les personnes présentant un système digestif fragile, pour celles souffrant de dermatoses (affections de la peau y compris les pathologies des muqueuses et des annexes cutanées comme les ongles et les cheveux) et sont responsables des 'odeurs alliacées' après ingestion. L'ail modifie l'odeur de la peau et de l'haleine. Pour parer ç cette dernière caractéristique, mâcher du persil, de la menthe ou des grains de café afin de se rafraîchir l'haleine.

Les composés soufrés servent aussi à la plante pour se protéger contre les agressions des herbivores.

Le commerce propose une présentation de l'ail très diversifiée (bulbe entier en vrac, en tresse, fumé, en poudre, en flocon...) mais rien de tel que de réserver une place dans le potager pour cultiver les variétés d'automne à planter en octobre (à récolter en juin) et des variétés de printemps à planter en mars ( à récolter à partir de juillet).

En pharmacopée, les formes telles que teinture, extrait liquide, mou, onguent, sirop, décoction, cataplasme de pulpe, essence... permettent les utilisations.

Quelques expériences à tenter...

L'ail serait aussi efficace dans les applications suivantes : constituer une bonne colle, les volailles qui en consomment pondent mieux, très efficace pour lutter contre la 'cloque' des fruitiers à noyaux (en le plantant au printemps au pied des arbres qui resteront sains !)

Les bienfaits de l'ail sur le corps



Elles sont absolument extraordinaires. Rarement on a vu un végétal réunir à un tel degré une telle abondance de qualités. L'ail est un phytocide puissant. Son action sur les bactéries et les microbes ennemis de l'homme n'est pas antibiotique, c'est-à-dire opposée à la vie, mais «biotique »en ce sens qu'elle renforce, en le stimulant, le pouvoir naturel de protection des tissus de l'homme ou de l'animal malade.
Les staphylocoques, responsables de l'impétigo, des furoncles, anthrax, panaris, abcès, angines, phlegmons et de la septicémie, sont mis en état d'infériorité dans un organisme ayant absorbé de l'ail. C'est le cas aussi pour les streptocoques responsables de l'érysipèle, des abcès, phlébites, lymphangite et endocardite.

L'allicine, substance spécifique de l'ail, est un puissant bactéricide, mais l'ail contient aussi des vitamines C en abondance.
L'ail a une action prophylactique puissante; c'est le principe du fameux «mieux vaut prévenir que guérir», aussi sa consommation quotidienne est-elle indispensable tant son action est bénéfique sur l'appareil circulatoire, les voies digestives et respiratoires. L'ail prévient le cancer, ce mal du monde moderne. L'artériosclérose, qui se manifeste chez l'homme de 40 ans, est prévenue par la consommation régulière d'ail.

Son action hypotensive est bien établie et cet aliment-médicament combat efficacement l'hypertension. L'asthme et la bronchite sont inconnus du mangeur d'ail. L'ail provoque une salivation abondante et la sécrétion du suc gastrique ; il excite donc puissamment la digestion.

Son action se poursuit jusqu'à l'évacuation des déchets et la neutralisation dans le colon des microbes responsables des fermentations. Corollaire logique à cette action, l'ail combat la constipation. Il a également un pouvoir d'action vermifuge extraordinaire. Enfin, l'ail qui par sa teneur en vitamines C favorise un équilibre général parfait, est également un tonique nerveux.

On peut donc dire que l'ail a, sur la santé de l'homme, une influence bénéfique qui se manifeste à tous les stades de la vie. En fait, chaque être humain devrait consommer chaque jour deux ou trois gousses d'ail. Le mieux est de les absorber au repas de midi, éplucher l'ail juste avant la consommation et mastiquer longuement. La réputation de mauvaise haleine faite à l'ail n'est pas exagérée, mais cette odeur est facilement éliminée par la mastication, après la consommation d'ail, de quelques graines de café ou d'anis. De toute manière, si tous nous mangions de l'ail, personne ne serait incommodé, mais nous serions aussi plus sains, plus forts, plus actifs, plus gais, plus jeunes. L'ail est vraiment un miracle de la nature. Cela vaut bien une haleine un peu forte.

En usage externe également l'ail est bénéfique. Ainsi, une macération de 50 g d'ail râpé dans 100 g d'huile camphrée constitue un baume excellent utilisé pour frictionner les régions douloureuses en cas de lumbago, d'arthrite et de rhumatisme. L'ail désinfecte les plaies purulentes, combat la gale et la teigne, et son pouvoir va jusqu'à l'élimination des cors et des verrues.

serre




Sitemap

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

Salon Inter Alpin Architecture Aménagement (SIAA) à Mégève 19/06/2017

Un vent nouveau souffle sur l’Art de Vivre en Montagne

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre