pucerons serre

Dans la serre: comment lutter contre les pucerons?



Les pucerons sont de petits insectes mesurant entre 2 et 4 mm de couleurs variées : verts, roses, rouges, noirs, bruns, jaunes. Ils sont représentés en Europe par environ 900 espèces. Ils vivent en colonies et envahissent quasiment toutes les plantes.

Ainsi ils colonisent les feuilles, les jeunes pousses, les fleurs, les branches et mêmes les racines. Les puceronspeuvent effectuer leur cycle de développement sur un seul hôte végétal ou sur un hôte végétal primaire et un ou plusieurs hôtes secondaires. Les dégâts des pucerons sont importants car ils prélèvent à l'aide de leur rostre, par piqûre et succion une quantité de sève très riche en sucres ce qui entraîne le jaunissement et la chute des feuilles. De plus certains injectent des toxines, virus, provoquant la déformation des plantes attaquées. Les pucerons produisent du miellat, qui alimente notamment les fourmis. Il existe une symbiose entre les colonies de pucerons et les fourmis. Une moisissure due à certains champignons se développe dans le miellat. Cela donne de la fumagine qui s'observe sous la forme d'un enduit noir qui provoque l'asphyxie des organes attaqués. La nuisibilité des pucerons vient principalement de leur capacité à se reproduire rapidement.

Parmi les espèces, on peut citer le puceron cendré du pommier (Dentatus malicola) qui, par ses nombreuses piqûres, provoque le jaunissement des feuilles et la déformation des pousses, le puceron vert du rosier (Macrosiphum rosae), le puceron vert du pommier (Aphis Puni), le puceron noir du cerisier (Myzus cerasi) ou le puceron vert du groseillier (Aphis grossulariae). Quelquefois, ces déformations peuvent prendre la forme de galles, Chermès de l'Epicea (Sacciphantes viridis). Quant au puceron lanigère (Eriosoma lanigerum) il se reconnaît sous la forme de masses floconneuses blanches recouvrant les branches et les troncs des arbres fruitiers. De couleur jaune-brun, leur corps est recouvert de filaments cireux . Ils percent l'écorce à l'aide de leur rostre, sucent la sève. Cette irritation provoque des tumeurs qui finissent par développer des blessures chancreuses.

La reproduction des pucerons est complexe. On peut observer deux modes de reproduction : une reproduction sexuée, des œufs sont pondus et il s'ensuit une éclosion des larves et une reproduction dite par parthénogénèse sans fécondation. Le jeune puceron naît pareil à l'adulte. Sur une plante infestée vous observez des adultes ailés et une forme aptère, sans ailes, sans compter les larves.

Lutte



Dès mars-avril, les plantes les plus sensibles sont les arbres fruitiers, les plantes ornementales comme les chèvrefeuilles, les capucines, les rosiers et les confères surtout l'épicéa, la fève des marais, les plantes de balconnières sans oublier les plantes d'appartement.

Il est important de reconnaître les prédateurs qui ne demandent qu'à aider le jardinier dans la lutte contre les pucerons. Vous pouvez également favoriser la présence des organismes utiles en variant les plantations pour avoir des plantes et arbustes en fleurs tout au long de l'année et en créant des abris pour les accueillir en période hivernale.

Toutes les espèces de coccinelles, qu'elles soient à sept et deux points, larves ou adultes, se nourrissent de pucerons. Durant sa vie, une coccinelle peut consommer jusqu'à 1000 puceron, (une coccinelle adulte mange environ 40 à 60 par jour). D'autres auxiliaires jouent un rôle précieux, les syrphes, les chrysopes, perce-oreilles, les punaises et bien d'autres.

Mais ces prédateurs ne se reproduisent qu'à partir du moment où les populations de pucerons sont suffisamment élevées. Il faut surveiller les populations au printemps avant l'arrivée des prédateurs. Il faut savoir que les pucerons sont des insectes fragiles et qu'un simple arrosage au jet élimine un bon nombre de sujets. De fortes pluies limitent leur invasion. Il existe dans le commerce des produits d'origine naturelle à base d'acide gras qui permettent par pulvérisation de nettoyer les plantes du miellat. Par cette action de nettoyage, la photosynthèse des plantes et améliorée.

En plus de auxiliaires naturellement présents dans votre jardin , il est possible d'apporter ponctuellement un auxiliaire extérieur spécialement sélectionné pour lutter contre les pucerons, c'est l'introduction de larves de la coccinelle indigène Adalia bipunctata ( à deux points) au cœur des foyers de pucerons avant que ceux-ci ne soient trop importants. Placez les larves sur les feuilles attaquées. Ces larves sont commercialisées en emballages de 30,50... larves. Dès septembre, cette coccinelle recherche des sites d'hibernation, entre autres les crevasses de l'écorce des arbres.

Installez des abris artificiels pour les perce-oreilles qui dévorent les pucerons : remplissez un pot à fleurs avec des fibres de bois ou de la mousse serrées dans un filet. Une fois les perce-oreilles installés dans le pot, suspendez l'abri à proximité d'une colonie de pucerons, ouverture vers le bas. Un tas de cailloux peut abriter une faune variée.

L'intervention à l'aide d'un insecticide intervient en dernier ressort à condition de traiter toutes les parties de la plante infestée y compris le dessous des feuilles. Optez pour des produits les plus respectueux pour l'environnement en vous conformant scrupuleusement aux recommandations mentionnées par la formulation sur l'emballage.

maladies de nos plantations
serre




Sitemap

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

Salon Inter Alpin Architecture Aménagement (SIAA) à Mégève 19/06/2017

Un vent nouveau souffle sur l’Art de Vivre en Montagne

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre