fonte des semis

La « fonte des semis » est une maladie courante qui affecte les racines des jeunes plantes



Comment préparer un semis en pot ou terrine?


Les fontes des semis sont généralement provoquées par des champignons du genre Pythium qui vivent en saprophytes dans les sols et terreaux, mais qui se comportent en parasites de semis ou jeunes plantules lorsque les conditions sont défavorables entre autre substrats humides et froids (Ph. Lepoivre-Traité de phytopathologie). Ce champignon tire donc les substances dont il a besoin pour se développer, des matières organiques en décomposition.

La « fonte des semis » est une maladie courante qui affecte les racines des jeunes plantes et se remarque au départ par une moisissure à la surface du terreau d'où un important déficit à la levée.
D'autre part, les symptômes peuvent aussi se présenter dès la levée, la tige est atteinte, au point que la plante affaiblie s'écroule et se dessèche sur le sol.
Le Pythium bien que présent surtout dans les semis réalisés à l'intérieur ou en serre chauffée, peut aussi se manifester sur des boutures par un amincissement de la tige, il s'ensuit un affaissement brutal et irrémédiable de la jeune plante (pied noir). La tomate par exemple n'est plus sensible après le stade deux-trois feuilles.
On peut effectuer des semis dans toutes sortes de contenants. Les pots ou godets en plastiques peuvent être conservés d'une année à l'autre, lorsque vous procédez à des achats de plantes. Les pots ou pastille de tourbe, plateaux en polystyrène de différentes dimensions, peuvent être achetés en jardinerie. La terrine ou le pot en terre cuite sont toujours d'usage.
C'est à titre préventif qu'il faut intervenir en utilisant un terreau de qualité, les pots, terrines et autres contenants parfaitement propres. Les pots sont trempés quelques heures dans de l'eau afin d'éliminer la terre adhérant à leurs parois qui contiennent des germes de maladies ou œufs et larves d'insectes. Cela vaut principalement pour les matériaux en terre cuite.

Evitez les semis trop serrés, une température trop basse, une humide excessive, d'où arrosez les semis avec modération.

Le terreau est soit un terreau artisanal préparé par le jardinier, chacun(e) détient sa formule magique, soit un terreau du commerce pour semis, qui selon les exigences des plantes peut être additionné de tourbe ou de sable du Rhin pour assurer un drainage maximal. Les substrats ne peuvent contenir des matières organiques en décomposition c'est-à-dire des agrégats de végétaux, portions de tiges et autres. En effet, c'est au départ de ces matières que le parasite survit.

Chaque contenant disposera d'un trou de drainage indispensable pour éviter un excès d'humidité. Les fentes et trous de drainage sont recouverts de tessons de poterie ou de gravier. Le mélange préparé est placé la veille du semis à la température du local, de la serre. La préparation du contenant se fait selon les règles de bonnes pratiques horticoles en n'oubliant pas de tasser délicatement le terreau au fur et à mesure du remplissage et près des parois. Un terreau de semis pressé dans la main ne peut être compact, il doit s'émietter sans problème, léger et souple au toucher. Ce type de substrat convient aussi pour le bouturage.

Les graines fines ne seront pas recouvertes mais simplement damées. Les espèces à graines plus grosses sont recouvertes par quelques millimètres de terreau tamisé. Du charbon de bois peut être mélangé en surface, ceci pour absorber un excès éventuel d'humidité.

Si vous placez un vitrage, celui-ci est retourné chaque jour pour éliminer les gouttelettes d'eau qu'y condensent. Le dépôt de gouttelettes à la surface du terreau entraîne l'apparition du Pythium. Ce vitrage est enlevé dès germination. Arrosez par vaporisation jusqu'à la germination seulement si la surface paraît se dessécher. Placez les contenants en pleine lumière pour éviter l'étoilement des plantes mais ne les exposez pas au plein soleil.

A l'intérieur, disposez les semis aussi près que possible de la fenêtre et tournez-les chaque jour d'un demi-tour pour compenser l'effet d'éclairage latéral qui tend à attirer les plantes du côté du jour.

Une fois le semis terminé, les terrines seront arrosées délicatement par imbibition avant d'être placée, au chaud, dans une serre ou à l'intérieur de l'habitation. Dès que la germination est assurée, on endurcira les plantules par une diminution de la température est une aération suffisante ?

Plus la population de jeunes plantes est dense, plus les risques de propagation de maladies sont élevés. Après la germination et l'apparition des cotylédons, puis des premières feuilles, vient le repiquage.

Malgré toutes ces précautions si la maladie se présente, ôtez délicatement la partie infestée en surface de la terrine, pot à l'aide d'une cuillère, sur au moins un centimètre de profondeur. Recouvrez la cavité de charbon de bois ou de sable du Rhin.

La fonte des semis peut se présenter aussi dans des semis en serre ou en couche principalement en mars, avril. A la sortie de l'hiver, extraire de la terre tous les débris végétaux, sources de contamination. Il s'ensuit un arrosage copieux. Par la suite, bêchez superficiellement et apportez si nécessaire en surface du compost bien décomposé. Par contre sur culture implantée, les arrosages sont modérés par temps froid et couvert et une aération adéquate est nécessaire.

serre




Sitemap

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

Salon Inter Alpin Architecture Aménagement (SIAA) à Mégève 19/06/2017

Un vent nouveau souffle sur l’Art de Vivre en Montagne

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre