semer

Bien semer: les exigences des graines



Pour bien semer, il faut s'attarder quelques instants sur les exigences des graines. Pour germer, les graines ont besoin d'humidité et de chaleur. La terre n'est pas nécessaire, seules l'humidité et une bonne température assurent la germination.

Certaines auront besoin comme les laitues, de quelques mois de dormance avant de pouvoir germer ; d'autres demandent à être semées fraîches les haricots et les pois font partie de cette catégorie. Ce n'est donc pas la grosseur de la graine qui détermine la durée de la faculté germinative.

Par contre, la conservation des graines dans un local bien sec et frais est idéale.
Le semis est une opération pleine d'espoir. On ne s'attardera jamais assez sur le miracle de la nature : la graine confiée au sol devient en quelques semaines légume, fleur ou arbre. Imaginez quelle évolution : avec une petite graine parfois de quelques dixièmes de millimètre, on obtient des plantes de taille impressionnante, un rendement qu'aucune banque ne peut vous accorder, un investissement sûr et un vrai soulagement pour le porte-monnaie de la ménagère qui trouvera au potager de quoi nourrir toute la famille !
Pour permettre le miracle, il faut y contribuer et mettre toutes les chances de son côté. Les graines ont besoin de chaleur et d'humidité pour germer.

Certaines plus exigeantes devront passer dans l'estomac des oiseaux ou encore subir le gel, mais, pour la plupart, la chaleur et l'eau sont les éléments indispensables à une bonne germination. Les graines très dures (tétragone) demandent un trempage de 24 à 48 heures dans de l'eau tiédie pour ramollir plus rapidement le tégument.
Pour les espèces dont on veut hâter la levée, les graines sont trempées quelques heures : poireaux, persil, haricots se prêtent très bien à cette méthode : on gagne en général 15 jours sur la germination. Dans le cas du persil c'est très appréciable. Après trempage les graines sont rapidement séchées sur un papier absorbant puis elles sont semées à la main en ayant soin de ne pas les comprimer.

La terre doit apporter ces éléments en quantités bien dosées : je me permettrais de dire que la terre doit être « amoureuse » réchauffée en suffisance et ressuyée. Semer trop tôt au printemps dans de mauvaises conditions, laisse un sol froid, mal préparé qui ne facilitera pas la germination : les graines laissées trop longtemps dans le sol sans germer risquent de périr.

La préparation du sol est donc primordiale



On parlera de lit de germination : celui-ci sera finement préparé. Ce mot risque de perturber plus d'un amateur. En effet, le finement ne veut pas dire une terre fine comme du sable ou du café moulu. L'utilisation du tamis, lors de semis en pépinière, doit être plus que parcimonieuse.
En pleine terre, un sol suffisamment ressuyé permettra un émiettement suffisant pour réaliser le semis, les dernier cm seront retravaillés juste avant de semer.
Après la préparation fine du lit de germination, on procède au plombage du terrain : cette opération peut être réalisée avec des planchettes aux pieds ou simplement avec un rouleau. A l'issue du plombage, les mottes encore un peut trop grosses sont écrasées.
Le tracé des lignes se fait au cordeau, voir le placement, le tracé se fait au moyen d'un tuteur pour une ligne ou avec un rayonneur pour tracer plusieurs lignes à la fois. On peut aussi rayonner en carré pour réaliser facilement le semis en poquet.
Au pire, on pourra toujours utiliser du terreau ou du compost bien décomposé et tamisé pour couvrir les graines fines.

La question est de savoir quelle épaisseur il faut apporter sur les graines.
En fonction des espèces, cela peut varier, mais, en général, on recouvrira les graines de 2 à 3 fois leur épaisseur soit la plus petite dimension. Lors de semis en pleine terre, il sera préférable que les graines soient très près de la surface ce qui laisse parfois voir une petite proportion de graines non enterrés mais qui germeront quand même. Le sol doit toujours être affermi sur les graines celles-ci doivent être en contact avec le sol par un passage de rouleau, de planchette ou même une petite tape avec le dos de la pelle ou encore avec le dos du râteau. Le dos du râteau laisse une surface moins plane, plus grumeleuse qui retarde la formation d'une croûte. Lors du semis en terrine, c'est avec une petite planchette qu'on affermira le semis.

Le semis en terrine ou en pépinière



C'est un semis qui se fait à la volée : il est réalisé en caissette, en terrine en pot, en coffre ou en couche. La couche est un encadrement en bloc, en briques, en bois ou en béton qui permet d'être couvert par une couverture plastique, plexiglas ou en verre.
On pourra aussi réaliser une couche chauffée ou une tablette chauffée. La réparation des graines doit être parcimonieuse et régulière. Pour cela, on utilise un papier rigide plié en deux et on tapote légèrement sur le bord en se tenant à une certaine hauteur de 5 à 15 cm.
On répartit les graines régulièrement et on s'efforce d'en garder la moitié pour croiser le semis ce qui assure une bonne répartition et une bonne distance entre les graines.

Le semis en place



Celui-ci est parfois réalisé à la volée, plus souvent en poquet ou en ligne. C'est le semis en ligne qui sera le plus utilisé. Une certaine dextérité est requise même si on trouve des semoirs (boîte vibrante ou non) qui facilitent le semis.
On trouve aussi dans le commerce des roulettes plus ou moins sophistiqués qui imitent le mieux possible les semoirs mécaniques du professionnel. Ces derniers ont fortement évolué et sont devenus pneumatiques. Le professionnel et l'amateur averti arrive à semer en répartissant les graines directement avec la main. Une sage précaution lors de l'utilisation d'un semoir (plus ou moins mécanique) est de tester celui-ci sur une couverture, les graines ne roulent pas et on peut ainsi apprécier la bonne répartition des graines. C'est facile et ça peut éviter des erreurs de semis. (semis distances)
Toutes les graines qui seront semées en trop grand nombre seront perdues lors de l'éclaircissage ou simplement ne permettront pas le bon développement des plantes voisines.
Le semis en ligne se fait suivant différentes techniques (de gauche à droite, dans le sens longitudinal et par un mouvement du pouce qui fait avancer les graines).

Après le semis se pose la question de l'arrosage.



Si le semis est réalisé sous abri, l'arrosage est nécessaire. Il est réalisé avec une pomme et doit être copieux mais d'une manière douce et régulière afin de permettre à l'eau de descendre et pour éviter d'entraîner les graines.
Mieux vaut arroser copieusement tous les 3-4 jours que de devoir arroser tous les jours.
A l'extérieur, l'arrosage est moins nécessaire, il le sera en cas de longues périodes sèches. Si une croûte se forme en surface, l'arrosage facilitera la levée.

Une levée rapide est souvent synonyme d'une bonne réussite.

Règles à respecter



Semer dans une terre bien préparée et réchauffée.
Semer clair.
Semer des graines sélectionnées et saines.
Respectez les exigences de la nature car on ne la commande pas.

chauffage sol
graines
serre




Sitemap

Nous avons aussi pensé à elle chez ACD 07/03/2019

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre