maladies

Les maladies de nos plantations:



Les mois de mai et juin sont les plus propices aux attaques parasitaires, parmi les maladies qui en découlent, ils existent plusieurs causes possibles, soit elles sont provoquées par des virus, des bactéries (seulement visibles au microscope), ou encore par des champignons. Certaines causes sont faciles à résoudre, d'autres sont redoutables et demande des mesures énergiques, mais comment s'y retrouver pour être efficace, et pour ne pas traiter inutilement ?

Les virus:


Ils affectionnent de nombreuses plantes, en provoquant des déformations ou décolorations anarchiques des organes végétatifs. A l'exception de la mosaïque du haricot, les virus ne se transmettent pas par les graines, mais plutôt par des piqûres d'insectes ou par transmission de sève infectée. Malheureusement pour nous, il n'existe aucun traitement efficace, on se contente de détruire les plantes infectées afin d'éviter qu'elles ne servent de base de propagation. L'idéal étant de pouvoir utiliser des variétés résistantes quant elles existent.

Les bactéries:


Leurs attaques provoquent des tumeurs, des flétrissements (chancre de la tomate, graisse du haricot), des nécroses sèches (feu bactérien), des pourritures humides (pourriture des oignons), des gales (gale commune de la pomme de terre). Les moyens de lutte sont également limités, car nous ne pouvons utiliser de substances antibiotiques. Les attaques bactériennes sont renforcées par une humidité importante. Des pulvérisations préventives à base de cuivre peuvent réduire le développement des bactéries, il convient généralement d'améliorer la structure, le drainage des sols, le respect de larges rotations, d'une hygiène de culture ainsi que l'utilisation de matériel de culture certifié et désinfecté.

Les champignons:


Ce sont les plus actifs de cette catégorie de parasites. Les champignons sont répartis en 2 catégories : les saprophytes (vivant sur la matière organique morte) et les parasites, qui sont capables d'infecter des tissus vivants et d'y occasionner des dégâts plus ou moins importants. Il existe aussi des champignons saprophytes qui peuvent devenir parasites par des plaies mal cicatrisées à l'exemple de la maladie dite 'du corail'. Il est à noter que chaque plante possède pour ainsi dire son parasite approprié, c'est ainsi qu'il existe plusieurs formes d'oïdium spécifiques à chaque espèce, plusieurs types de rouille, d'anthracnose,...
Il convient de protéger les plantes sensibles d'une façon préventive. Cette lutte préventive se résumera souvent à de bonnes conditions de culture, une bonne gestion sanitaire des déchets (de nombreux germes et spores de maladies sont conservés dans des substrats et déchets de plantes), des pulvérisations fongicides dès que le temps est chaud et humide (la plupart des maladies), ou chaud et sec (attaques d'oïdium), les pulvérisations seront répétitives et suivront la croissance des plantes car il s'agit d'une simple pellicule protectrice. Evitez les variétés réputées sensibles à tel ou tel type de maladie. Si malgré tout, la maladie s'installe vous pourrez encore utiliser des fongicides à action systémique qui seront plus coûteux et qui nécessiteront plus de précautions d'emploi.

serre




Sitemap

Nous avons aussi pensé à elle chez ACD 07/03/2019

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre