Choux rouges et blancs en serre

Culture des choux rouges et blancs

1. GENERALITES.Chou cabus

La culture du chou re­monte à l'anti­quité. Théophraste, en 300 ans avant J.-C., enregistrait déjà 3 races de choux bien distinc­tes. Caton, dans son De Re Rustica, expliquait les bienfaits du chou pour la digestion et contre l'ivresse.

Il semblerait que nos varié­tés actuelles résulteraient du croisement de plusieurs ty­pes de Brassica avec Brassica oleracea sylvestris. Le territoire d'origine est très vaste: il s'étendrait de l'Italie aux cô­tes anglaises. Au Moyen Age, le chou était l'aliment de base du peuple. Au 18e siècle, on cultivait le chou blanc, vert et frisé. Les choux que nous connaissons actuellement étaient déjà consommés au 16e siècle.

Le chou est une plante bisannuelle de la famille des BRASSICACEES (Crucifères). Il appartient au genre Brassica et à l'espèce oleracea capitata. Son nom scientifique est donc Brassica oleraceacapitata. Les feuilles, blanches ou rouges, forment une pomme très dure dont la taille dépend de la va­riété. Le système radiculaire des choux est imposant; il peut atteindre 2m de profon­deur et occuper jusqu'à 5 mètres cubes de terre.

La première année, le chou forme ses racines et son feuillage. La seconde année, la hampe (tige florale) se développe; elle peut atteindre 2 mètres et porter des fleurs jaunes ou blanches à 4 pétale­s. Les graines mûres, brunes ou  rougeâtres, sont caractéristi­ques. Elles germent rapide­ment (comptez une petite semaine) et se conservent de 3 à 6 ans. On compte 300 graines au gramme environ.



2. CLASSIFICATION.

Les variétés de choux pommés sont nombreuses. Cha­que année, de nouvelles sortes de choux en­vahissent le marché grainier. Nous pouvons cependant en citer quelques-une, particulièrement intéressantes.

a. Choux cabus blancs.

EXPRESS : très hâtif, de taille moyenne.

DE BRUNSWICK : variété automnale, avec de gros rendements.

DE LANGENDIJK: tardif (jusqu'en mai). Très bonne conservation.

QUINTAL D'ALSACE : variété d'automne, à gros rendement. Convient pour la choucroute.

b. Choux cabus rouges.

TETE-DE-NEGRE : hâtif, petit développement, excellente variété.

KWANTOROFl: tardif, de très bonne conservation.

DE LANGENDIJK : il existe des variétés hâtives et tardives.

Nous pouvons citer égale­ment : RODON, HARDORO F1,...

3. EXIGENCES.

Ce sont les climats doux et humides qui conviennent le mieux aux choux. Leur résistance au froid varie en fonction de la variété. Le chou redoute énor­mément la sécheresse, tandis que l'humidité est nécessaire à son dé­veloppement. Si l'été est chaud et sec, il vous faudra fréquemment arroser pour réussir votre culture.

Le chou s'adaptera à tous types de sol. Cepen­dant, on préférera une terre mi-lourde, humifère et riche. Les cultures hâtives se plairont mieux dans les sols plus légers. D'une manière générale, le sol doit être labouré profondément et fumé avant l'hi­ver. Le chou redoute l'aci­dité. Celle-ci entrainera une baisse de rendement et l'apparition de la hernie du chou qui peut causer de gros dégâts.

Cette culture est exigeante en fumure organique et mi­nérale. Elle demandera 500kg de fumier bien décomposé à l'are en automne. Cette fumure organique sera com­plétée, au printemps, par les apports suivants : 4 kg de nitrate d'ammoniaque, 6 kg de superphosphate et 4 kg de sulfate de potasse à l'are. Afin de corriger le pH, des ap­ports de chaux ou d'algues sont efficaces. Attention: un excès d'azote nuirait à la pommaison. Des apports modérés de purin, pendant la culture, permettent un bon développe­ment.



4. CULTURE.

Pour les cultures hâtives, un semis de février-mars sous châssis ou dans une serre de jardin permet une planta­tion à 40 x 40 cm à la fin avril et une récolte pour les vacan­ces d'été.

Les semis classiques, en pépinière, s'effectuent en avril en lignes distantes de 20 cm. La plantation, à 50 x 50 cm, a lieu en juin et la récolte en octobre-novembre. Ils peuvent alors être hivernés.

Pour toutes les cultures, les semis clairs évitent les repiquages et permettent les plantations directes en pleine terre. Ces semis en lignes profondes de 1 cm sont alors arrosés afin de favo­riser la germination.

La plantation se fait avec un plantoir ou à la bêche. Dans ce dernier cas, faire une simple fente dans la terre. Choisir des plants sains et trapus.
Les praliner et les planter jusqu'aux premières feuilles. Ne pas oublier les arrosages et les purinages (ou solution de nitrate de potasse à la dose de 2 g/litre).

5. ENTRETIEN DE LA CULTURE.

Binages et sarclages sont effectués tant que le feuillage ne couvre pas le sol. On res­tera attentif aux besoins en eau de cette culture. Les ar­rosages se feront en fonction du sol et du climat.

En pépinière, une attention toute particulière est portée aux attaques de l’altise, surtout par temps sec. En culture, la mouche et le piéride sont surveillés de près.

A l'approche des fortes pluies d’automne qui font éclater les pommes, un déchaussement des plantes à l'aide d'une bêche limite l'exposition à l'eau. Pour éviter les alternances gel-dégel, profiter de ce déchaussement pour orien­ter les pommes au nord.

7. DEFENSE DES CULTURES.

Notre vigilance se porte essentiellement sur des atta­ques d'insectes:
-Les altises: au début de culture
-Les mouches et piérides par la suite: la mouche attaque les racines, alors que le papillon blanc piéride se limite au feuillage
De simples pulvérisations d'insecticides à base de PYRETHRE ou de DIMETHOATE sont efficaces.

serre




Sitemap

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

Salon Inter Alpin Architecture Aménagement (SIAA) à Mégève 19/06/2017

Un vent nouveau souffle sur l’Art de Vivre en Montagne

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre