Le forçage du chicon dans les serres jardin

Le forçage du chicon dans les serres jardin

1. GENERALITES.
La production de la chicorée witloof appelée également chicon ou chicorée de Bruxelles et improprement dénommée endive est d'origine belge (triangle Bruxelles - Malines - Louvain).
Elle remonte à 1850 envi­ron. Au début du siècle, seuls les Belges se livraient à cette activité. Malheureusement, actuellement, notre marché est inondé par des chicons venant de France notamment.
Dans cet article, nous nous limiterons à aborder unique­ment le forçage du chicon. Nous étudierons la culture propre­ment dite ultérieurement.
Le chicon ou chicorée de Bruxelles appartient à la fa­mille des Astéracées (compo­sées), au genre Cichorum et à, l’espèce intybus. Son nom scientifique est donc Cicho­rum intybus. Il s'agit d'une plante bisannuelle. La pre­mière année, elle forme des feuilles, puis une racine pivo­tante. L'an suivant, au redé­marrage de la végétation, elle monte à graines. Le forçage du chicon a lieu entre ces deux phases, c'est-à-dire entre la phase végétative (feuilles et racine) et la phase générative (fleurs et. graines). Ce stade de forçage idéal est appelé stade de «pré montaison».



Naturellement, pour un semis de mai, ce stade est atteint pour le mois d'octobre. Les forçages d'août et septembre demandent des semis plus précoces avec protection et des frigos après l'arrachage pour donner la période de froid nécessaire à l'acquisition de la maturité à forcer (stade de pré montaison). Nous nous bornerons à décrire le forçage des cultures normales dans les serres jardin, d'octo­bre à mars.

2. ARRACHAGE DES RACINES.
La période d'arrachage dé­bute en octobre et peut se poursuivre jusqu'en décembre selon les conditions climati­ques. Dans le sol, les racines peuvent supporter moins trois degrés alors qu'arrachées, elles ne supportent plus que moins un degré.
L'arrachage doit être soigné pour ne pas blesser on briser les racines. Il s'effectue à la fourche-bêche ou à la bêche.

3. CONSERVATION DES RACINES.
Les racines arrachées sont disposées en chaînes, les feuilles des plantes d'un rang sur les racines des plantes des rangs suivants. Cette mesure per­met de protéger les racines contre les rayons solaires qui provoquent des brûlures em­pêchant le repercement des radicelles au forçage.



On peut également rassem­bler les racines en meutes en laissant une cheminée d'aéra­tion centrale. Les feuilles protègent les racines contre les gelées. Ce type de conser­vation sur le terrain peut durer un mois environ. En aucun cas, il ne faut laver les racines avant cette conservation.
Chez les professionnels, l'ar­rachage est mécanique et l'ef­feuillage précède te soulève­ment des racines. La conser­vation des racines est alors réalisée essentiellement en fri­gos à plus un degré.

4. PREPARATION DES RACINES AU FORÇAGE.
Cette préparation demande beaucoup besoins et de temps. On trie les racines, on élimine les trop fines et trop grosses. Une bonne racine mesure au moins 15 cm et son diamètre au collet doit avoisiner les 4 cm.
Le feuillage est alors coupé à 1,5 cm du collet de la plante. Si la coupe est plus longue des risques de pourriture sont probables. Une coupe plus courte abîmerait le bourgeon destiné à produire la pomme, La coupe du feuillage est suivie de «l'habillage» des plantes : rafraîchir par une coupe fran­che à 15 cm environ l'extrémi­té des racines et supprimer les radicelles éventuelles. Dès leur préparation, les racines sont transportées sur le lieu du forçage. La qualité d'un beau chicon dépend essentiellement du calibre du collet de la plante.

5. TECHNIQUES DE FORÇAGE.
Deux grandes techniques de forçage se présenteront à nous : la technique traditionnelle en tranchées ou en couches et le forçage hydroponique.



a) Le forçage en couches.

Dans un endroit abrité de votre potager ou dans un coffre, ouvrir une tranchée de 20 cm de profondeur. La terre retirée est mise de côté et servira à recouvrir les racines. Les dimensions de la tranchée dépendent du matériel de couverture dont vous disposez. Avant la mise en place des racines, vérifiez l'état d'humidité du sol. Un trempage est souvent nécessaire pour constituer une réserve d'eau. Les racines sont placées dans la couche en rangs serrés; légèrement en oblique. De la terre fine sera disposée à la base des rangs. Un bon travail fait apparaître les collets sur un même plan. La couche terminée, vous étendrez 2 à 3- cm de terre fine sur les collets; vous arroserez finement afin qu'elle pénétré entre les racines. Laissez ressuyer 24 heures et recouvrez le tout de 15 cm de terre bien émiettée. Cette couche de terre sera alors recouverte de paille et enfin on posera des tôles ou des châssis.
Une couche montée en octobre permet une récolte pour la fin de l'année. Les bricoleurs et les amateurs avertis peuvent installer un chauffage au fond de la tranchée. La technique la plus aisée est le câble électrique.
Le thermosiphon (chauffage à l'eau chaude) est réservé aux forçages plus importants et ne répond pas aux besoins d'un ménage normal.
Une tranchée chauffée permet une récolte en 3 semaines à plus ou moins 15 degrés. Il est à noter que le chauffage ne peut être branché directement après la mise en couche. En effet, on laisse les couches une semaine sans chauffage pour favoriser la formation des radicelles indispensables pour le pompage de l'eau par les racines et la formation du chicon. Un mètre carré de couche peut produire jusqu'à 50 kilos de chicon.
La récolte doit être délicate. On sépare le chicon de la racine par un mouvement sec du poignet. Les produits récoltés sont nettoyés et mis au frigo sans trop tarder



b) Le forçage hydroponique.

L'hydro culture est le forçage hydroponique dans des conteneurs ou des cuves installées dans des locaux climatisés. Le forçage professionnel se fait en l'absence de substrat solide à l'aide de solutions nutritives. Ce type de forçage sans terre de couverture demande des variétés adaptées telles que Zoom Fi par exemple.
L'amateur peut s'inspirer de cette technique nouvelle et espérer de très bons résultats. Chaque amateur a ses habitudes et ses petits trucs. Nous retiendrons la méthode utilisée par mon éminent confrère Jacques Vergnion : il utilise une série de seaux de 10 litres. Le nombre de seaux dépend de la quantité que vous voulez forcer. Le fond des seaux est perforé d'un trou de drainage et il les remplit à moitié de tourbe humide Les racines «habillées» sont alors placées verticalement, côte à côte, les collets dépassant le bord de 1 cm environ. Un seau contient de 20 à 25 racines. Des seaux de réserve peuvent être préparés à l'avance et se conservent aisément en plein air en attendant le forçage. Cependant les seaux seront protégés des gelées éventuelles.
Les seaux sont alors rentrés en forçage dans un local chauffé et sombre. Il s'agit souvent du local à chauffage. La base de seaux est placée dans un récipient contenant l'eau indispensable à la pousse des chicons. Après un mois à 15 degrés, on récolte de 2 à 4 kilos par seau.
Couvrez le tout d'une toile noire ou de plastique et surveillez le niveau de l'eau dans le récipient. Avec ce système, M. Vergnion évite tout problème de conservation des racines en attente de forçage.
Un forçage en seau (non troué) dans 5 cm d'eau reste possible. On veillera à ce que les racines ne manquent pas d'eau. Cependant cette technique provoque souvent des pourritures aux racines.
La température du forçage ne peut dépasser les 15-16 degrés. A de plus fortes températures, les chicons filent et sont creux. A températures plus basses, la récolte sera retardée mais la quantité des produits sera garantie.

serres jardin




Sitemap

Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck 07/09/2017

Retrouver notre ACD et son revendeur spécialiste dans le Nord Matovert à la 72 ème Foire Agricole Artisanale & Commerciale d’ Hazebrouck du 8 au 10 septembre 17

Salon Inter Alpin Architecture Aménagement (SIAA) à Mégève 19/06/2017

Un vent nouveau souffle sur l’Art de Vivre en Montagne

ACD: serres de jardin – serres tunnel – mini serres – équiper une serre